Je frappe à chaque cœur

Poème de Vimala Takhar




Ils me disent de façon assurée :

la libération est le but de la vie.

Ils décrivent dans des textes convaincus

diverses qualité de la délivrance ultime.

Une fois la liberté atteinte, disent-ils,

vous êtes en permanence dans un état de bonheur.

Vous êtes au-delà de la peine et du plaisir,

au-delà du chagrin et de la joie.

Aucune action, aucun repos

ne vous sont plus nécessaires.

Vous devenez heureux, éternel, immortel.


Je les écoute avec une humble patience,

Leurs paroles attristent mon cœur.

Des pleurs remplissent mes yeux sans cesse,

car leurs paroles ont goût de cendre.

Leurs mots font écho à des milliers de siècles,

véhiculent de vieilles lunes.

Leur paroles empestent le dur isolement,

Sentent la stagnation du cerveau, de l'esprit.

Mon cœur pleure. Il fond de compassion.

Je frappe à chaque cœur, je leur dis :


La liberté n'est pas une utopie, c'est un fait de vie.

La liberté n'est pas un but,

mais une réalité présente.

Rien n'est permanent, même pas elle.

La vie est toujours nouvelle, toujours fraîche.

Le bonheur n'est pas au-delà de la peine et du plaisir.

Il est douleur. Il est plaisir. Il est joie et chagrin.

Aucune félicité, aucun bonheur.

ne peut isoler un esprit libre.


La liberté est vivacité,

conscience dynamique.

Vous êtes libre, libéré, si vous le voyez.


Ils me regardent alors avec étonnement,

me sourient avec des yeux surpris.

Nous avons lu dans les écritures, me disent-ils,

avons été instruits par des prophètes, de saints maîtres.

Nous croyons qu'ils disent la vérité

et nous vivons comme ils l'enseignent.

Nous nous contrôlerons, nous nous disciplinerons,

nous maîtriserons notre esprit.

La liberté est notre but, un jour nous l'atteindrons.

Ainsi ils ferment leurs cœurs,

leurs oreilles, leurs yeux.

Mon cœur pleure. Il fond de compassion.

Je frappe à chaque cœur et poursuis seule ma route.



Source : Amour et Liberté, Vimala Takhar, son message, sa poésie, sa vie.

Alain Delaye, Editions Accarias L'originel.

Source photo : Les Carnets du yoga n°278 juin 2019 http://www.franchecomteyoga.com/article-36652306.html

59 vues
  • Facebook
  • Instagram
          Recevoir la Newsletter :